Bitcoin: Comment ça marche

Posted on novembre 26, 2013

2


Image

Et si nos moyens de paiements devenaient archaïques et obsolètes d’ici quelques années? Et si le bitcoin se faisait un nouvel étendard du village mondial?

Nous apprenons de nos erreurs et c’est tant mieux. Celles-ci nous permettent de nous focaliser sur un axe nouveau et appréhender ainsi le postulat de base d’une nouvelle manière. Je l’avoue, je me suis planté la semaine dernière au sujet du Bitcoin alors que celui-ci dépassait joyeusement les 500$. Je le pensais naïvement indivisible et donc m’offusquais de voir la planète web faire les yeux doux à une monnaie que j’ai cru faite pour les plus fortunés.

Mea culpa. Le texte qui suit est une traduction libre de l’article Bitcoin Survival Guide: Everything You Need to Know About the Future of Money paru hier, 25 novembre 2013, sur Wired.

Genèse d’un bitcoin.

La valeur d’un bitcoin a désormais atteint les 900$, une hausse des plus significatives quand on sait qu’il y a à peine 10 mois, un bitcoin s’échangeait pour 13 $.

Le bitcoin est une monnaie numérique, ce qui signifie qu’elle est contrôlée et stockée entièrement par ordinateurs répartis à travers Internet, et cet argent est en train de trouver son chemin vers de plus en plus de gens et d’entreprises à travers le monde.

Mais c’est également plus que cela, et beaucoup de gens – y compris une large frange de pionniers de l’Internet et d’économistes chevronnés – ont encore du mal à se faire à ses nombreuses identités.

En effet le bitcoin n’est pas une monnaie au sens propre comme peuvent l’être des dollars, des euros ou des yens. C’est un moyen de paiement, comme l’est PayPal ou votre carte de crédit Visa. Il vous permet de garder de l’argent, mais aussi de le dépenser, d’en faire commerce et de le déplacer d’un endroit à un autre, aussi simplement que vous enverriez un email.

Paradoxalement, le bitcoin vous permet de faire tout cela sans révéler votre identité (et donc d’être utilisé sur des sites tels que The Silk Road) en même temps qu’il fonctionne complètement à la vue du public… Ainsi, toutes les transactions sont enregistrées en ligne pour que chacun puisse y avoir accès, prêtant de fait au système une certaine transparence. Une transparence qui pourrait également conduire à un regain de confiance dans une économie devenue trop opaque pour bons nombres de citoyens.

C’est une ré-imagination, voire un début de réappropriation, de la finance internationale, qui en faisant tomber les barrières entre les pays, libère la monnaie du contrôle des gouvernements.
Bitcoin est contrôlé par un logiciel open source et par les personnes qui supervisent collectivement ce logiciel. Le logiciel fonctionne sur des milliers de machines à travers le monde, mais il peut être modifié. Toutefois la majorité de ceux qui supervisent le logiciel doit en accepter au préalable le changement.

Il ya cinq ans, sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, un programmeur informatique anonyme ou un groupe de programmeurs a construit le système logiciel Bitcoin et l’a alors publié sur Internet.

Conçu pour fonctionner à travers un vaste réseau de machines – appelé minages – le logiciel égraine la nouvelle monnaie par la création d’un petit nombre de bitcoins.

Ainsi quand le système crée un bitcoin, il le donne à un minage qui garde une trace de toutes les transactions de bitcoin et l’ajoute en ordre chronologique dans la chaîne de bloc. En échange, ils obtiennent le privilège de, de temps en temps, s’ attribuer quelques bitcoins supplémentaires.

Pourquoi ces bitcoins ont donc de la valeur? C’est assez simple. Ils ont évolué en quelque chose que beaucoup de gens veulent – comme un dollar ou yen – et ils sont en quantité limitée. Bien que le système continue à produire en quantités industrielles de nouveaux bitcoins, la limite serait fixée à 21 millions, soit un arrêt total vers l’an 2140.

L’idée était de créer une monnaie dont la valeur ne pouvait être contrôlée par une autorité centrale, comme la Réserve fédérale ou la BCE.
Lorsque le système arrête de produire de nouveaux fonds, la valeur de chaque bitcoin augmente à mesure que la demande augmente. Mais même si la production s’arrête, il resterait encore des bitcoins à dépenser. Chaque bitcoin peut être divisé en cent millions d’unités, appelé Satoshis, d’après le fondateur de la monnaie.

Ça, c’était pour la partie financière. Passons au côté pratique. Comment dépenser ces bitcoins? Les échanger? Empêcher les gens de les voler? Le bitcoin est une monnaie fondée sur les mathématiques. Cela signifie que les règles qui régissent la comptabilité des bitcoins sont contrôlés par la cryptographie.

Ainsi, si vous possédez des bitcoins, vous possédez une clé de cryptographie privée qui est associée à une adresse web qui contient un solde dans le registre système. L’adresse et la clé privée vous permettent d’effectuer des transactions.

L’adresse Internet peut être vue de tout le monde. Pensez la comme une adresse e-mail très compliquée pour les paiements en ligne. Quelque chose comme: 1DTAXPKS1Sz7a5hL2Skp8bykwGaEL5JyrZ. Si quelqu’un veut vous envoyer des bitcoins, ils ont besoin de cette adresse.

Si vous voulez envoyer vos bitcoins à quelqu’un d’autre, vous avez besoin de votre adresse et de son adresse – mais vous avez aussi besoin de votre clé de chiffrement privée. Pour autoriser un paiement, il s’agit d’une chaîne encore plus compliqué.

Les clés privées servent à signer les transactions, fournissant une preuve mathématique qu’elles proviennent des bons propriétaires. La signature permet également d’empêcher toute modification de la transaction. Les transactions sont diffusées entre les utilisateurs et commencent à être confirmées par le réseau dans les 10 minutes suivantes via le procédé vu ci-dessus, le minage.

Pour les gens ordinaires qui utilisent ce réseau – les gens qui font l’achat et la vente et le transfert – la gestion des adresses et des touches peut être un peu compliqué. Mais il y a différents types de programmes – appelés portefeuilles – qui gardent la trace de ces numéros pour vous. Vous pouvez installer un portefeuille sur votre ordinateur ou votre téléphone mobile, ou utiliser celui qui se trouve sur un site Web.

Maintenant, il reste toujours la barrière psychologique à surmonter et obtenir une offre suffisamment riche de la part des commerçants pour avoir une réelle appropriation de la monnaie par le commun des mortels. Et vous, seriez vous prêts à vous lancer dans l’aventure Bitcoin?

Publicités